Participez avec nous à la journée des luttes paysannes !

Parce que, sur le champ des Cailles, nous récoltons le fruit du travail de paysan.ne.s, nous vous invitons à participer en ligne à la Journée internationale des luttes paysannes, ce 17 avril.

Vous avez dit luttes paysannes ?

Le 17 avril 1996, dix-neuf paysans du Mouvement des sans-terre étaient assassinés par des tueurs à la solde de grands propriétaires terriens, au Brésil. En mémoire de leur combat, le 17 avril a été déclaré « Journée internationale des luttes paysannes ». Chaque année, c’est une occasion de sensibiliser aux luttes paysannes d’ici et d’ailleurs.

En Belgique comme ailleurs, le monde paysan disparait à petit feu. D’après les statistiques officielles, notre plat pays a perdu 68 % de ses exploitations agricoles depuis 1980. Un phénomène lié à l’industrialisation de l’agriculture et aux visions néolibérables qui favorisent les grosses exploitations agricoles et les multinationales de l’agroalimentaire.

De nos jours, le modèle agricole dominant, fondé sur l’usage de fertilisants et pesticides chimiques et sur la privatisation des semences, a des effets particulièrement néfastes sur l’environnement. Il exerce aussi une forte pression foncière et écrase les paysan.ne.s, qui peinent à vivre de leur travail.

Dans ce contexte, il faut oser le changement et soutenir une autre agriculture !

La Ferme urbaine du Chant des cailles s’inscrit dans cette dynamique. Les femmes et les hommes qui portent ce projet pratiquent une agriculture de proximité basée sur les principes de l’agroécologie et permettent aux habitant.e.s du quartier du Logis-Floréal, à Watermael-Boitsfort (Bruxelles), d’accéder à une alimentation saine, fraîche et de saison.

Comment manifester votre soutien ? 

C’est simple : photographiez-vous les yeux fermés avec une patate en main et un message de soutien.

Pourquoi une patate ? 
Parce que c’est le symbole de la Journée des luttes paysannes cette année. Le Réseau de soutien à l’agriculture paysanne (Résap) se mobilise en effet contre l’implantation d’une méga-usine de la société Clarebout Potatoes sur des terres nourricières. La frite industrielle épuise l’environnement et écrase les paysan.ne.s du Sud comme du Nord.

Pourquoi les yeux fermés ? 
En signe de recueillement en mémoire pour les paysan.ne.s victimes de l’industrialisation et la mondialisation de l’agriculture, mais aussi en soutien juste et digne à celles et ceux qui continuent de lutter pour nous offrir une alimentation respectueuse de l’humain et de l’environnement.

Choisissez votre slogan : « Je soutiens les paysan.ne.s », « J’en ai gros sur la patate » ou autre slogan de votre choix.

Signez « votre prénom ou initiale, ami(e) du champ des Cailles ».

Envoyez votre photo à amischampcailles@gmail.com avant le 16 avril.

Votre photo sera publiée sur la page Facebook des Ami.e.s du champ des Cailles et celle de l’événement ON EN A GROS SUR LA PATATE.

Alors, chaud patate ?!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s