La Région tente de passer en force dans le dossier du champ des Cailles

Vous l’aurez lu dans les médias, la SLRB s’impatiente. L’administration bruxelloise du logement donne trois semaines à la Ferme du Chant des Cailles pour accepter le protocole d’accord visant la construction de 70 logements sur le champ des Cailles. Sans quoi, « elle avancera seule », selon Le Soir. Ce protocole est présenté en des termes idylliques : concertation, reconnaissance du projet citoyen en place, exemplarité, respect de la biodiversité… Derrière ces mots, se cache une réalité que nous ne pouvons pas accepter.

Concertation : un dialogue de sourds
La SLRB proclame que son protocole d’accord résulterait d’une concertation avec la société de logements sociaux propriétaire du terrain – le Logis-Floréal – et la Ferme. D’après nos informations, le terme est pour le moins usurpé.

En réalité, attachés à des objectifs déjà dépassés, le secrétariat d’État au logement de la Région et la SLRB n’étaient ouverts à aucune alternative. Trop occupés à convaincre de la nécessité de continuer à couler du béton sur les espaces verts, ils n’ont pas entendu la Ferme. Ce protocole n’intègre donc aucun apport citoyen. Ce n’est que la compilation des désidératas de la Région.

Ce protocole dirigiste aurait pour effet de mettre sous tutelle publique un projet citoyen dont la gouvernance en intelligence collective permet de gérer le terrain comme un bien commun. De réduire la Ferme à une totale dépendance des subsides. Il sape le principe fondamental sur lequel repose l’activité de maraîchage : la solidarité. Car, à la Ferme du Chant des Cailles, on paie ses légumes selon son niveau de revenu, et la formule de l’abonnement assure aux producteurs·rice·s une stabilité financière rare dans le secteur agricole. Il nie en outre tout l’intérêt pédagogique de l’auto-récolte, qui enseigne notamment un nouveau rapport à l’alimentation et au vivant.

Quelle exemplarité ?
La SLRB prétend par ailleurs construire un « projet mixte exemplaire ». Mais qu’on se le dise : ce projet existe déjà !

La symbiose entre agriculture urbaine et logement est bien réelle à l’échelle du quartier. De fait, la Ferme, qui emploie désormais 10 équivalents temps plein, rend des services en tous genres tant au Logis-Floréal et à ses locataires qu’à l’ensemble des habitants du quartier : entretien gratuit du site, réduction des frais d’entretien des jardins environnants par la récupération des déchets de coupe, renforcement des liens de bon voisinage et de la mixité sociale, activités d’éducation à l’environnement avec les écoles, respiration et détente pour les habitant·e·s de tous âges, qualité paysagère… La liste est encore longue.

Pour apaiser les esprits, la SLRB agite en outre l’étendard de l’écologie : l’aménagement sera durable. Or quelle que soit l’exemplarité du bâtiment, bétonner la moindre parcelle de cet espace vert et nourricier serait porter atteinte à l’environnement, et partant, contribuerait à aggraver les problèmes d’imperméabilisation des sols et d’îlots de chaleur. Si bâtir sur un terrain vierge paraît de prime abord le moins cher et le plus rapide, n’en oublions pas les externalités négatives. 

Une tentative de récupération politique
Dans la perspective des élections de 2024, le soupçon de visée électoraliste se pose légitimement vu l’échéance de décembre 2023. L’aubaine est belle pour la secrétaire d’État au logement Nawal Ben Hamou et son parti, le PS. Construire sur le champ des Cailles leur permettrait d’afficher une soi-disant efficacité dans la course à l’augmentation du nombre de logements sociaux à Bruxelles, de marquer de leur sceau un projet citoyen qui a fait ses preuves et d’en même temps faire un pied de nez au parti Écolo. Est-il besoin de rappeler que le champ des Cailles se trouve dans la commune de Watermael-Boitsfort, dont le collège échevinal, avec le bourgmestre Écolo Olivier Deleuze, est fermement opposé à ce projet de construction ?

Dans ce contexte, nous déplorons le non-respect de la déclaration de politique générale du gouvernement bruxellois, laquelle prévoit de favoriser des projets similaires à celui du Chant des Cailles tout en promouvant le logement accessible et social.

Nous applaudissons en revanche l’asbl La Ferme du Chant des Cailles qui a su se placer au-dessus de la mêlée et a eu la noblesse d’inviter les responsables politiques à dépasser leurs clivages partisans dans l’intérêt public.

Alternatives pour l’environnement ET le logement accessible
Dans cet esprit, nous tenons à réaffirmer que notre opposition à toute construction sur le champ des Cailles ne signifie pas que nous nous opposions à la création de logements sociaux. Bien au contraire ! Nous sommes POUR le droit au logement pour toutes et tous. Mais nous avons l’intime conviction que lutter contre la crise du logement à Bruxelles est possible sans construire du neuf sur des terres non bétonnées. Que les espaces déjà bétonnés offrent suffisamment de possibilités d’augmenter l’offre de logement à Bruxelles, qu’il s’agisse de construire sur du bâti ou de réaffecter et rénover les bâtiments vides. Voilà la voie à suivre pour vraiment concilier les politiques du logement et de l’environnement.

17 réflexions sur “La Région tente de passer en force dans le dossier du champ des Cailles

  1. Prête à me battre jusqu’au bout , sitting , manifestations… toujours pacifique bien entendu mais tout Boitfort doit se mobiliser. Vive le champs des Cailles, « touche pas à mon champs des Cailles »

    J’aime

    1. Chère Madame Hamou, j’adhère à 100% à cette dénonciation de manipulations électoralistes, par une personne qui n’a pas connu la vie de la Ferme, sa genèse, sa charte, et l’héritage qui mérite plus que du bétonnage. Savez-vous que les bâtiments de la Commission Européenne du site BEAULIEU à 500 mètres sont neufs et VIDES, que la Commission Européenne a voté en séance plénière, l’abandon de + de 45% de ses surfaces de bureaux, depuis l’expérience du télétravail. Savez-vous qu’une bonne part des logements du Logis-Floréal ne sont pas encore rénovés et certains dans un état de misère ? Alors, transformons cet acquis, en logement, l’ère est au téleworking, homeworking et pas aux pelleteuses politiciennes, dont personne n’a de regards que le respect de l’attribution des marchés publics. J’ai plus de 25 ans d’expériences dans les marches publics et en connait tous les rouages et législations sinon de procédures légales d’attributions. Et la PS n’est pas le dernier à bénéficier d’arrosage par la lobby immobiliers, auxquels on doit renvoyer l’ascenceurs. C’est de notoriété publique. Voir les scandales de Liège et de Charleroi ! Au moins c’est clair, c’est dit. Un boitsfortois de 60 ans révolté conte cette politique politicienne !! Madame Hamou, la Belgique vous a accueillie à bras ouvert mais sur NOS terres vous ne marcherez pas. Je m’en porte garant. Et nos réfugiez pas derrière des propos soi-disant racistes, discussions comptoir de bas étages. Agir ainsi à Watermael-Boitsfort est sapper votre carrière à jamais, sachez-le.
      J’ai consulté de par mes compétences et mes contacts les dossiers PPAS, PRAS, SRLB, par le détail, 4 signatures y figurent déjà depuis longtemps et vous nous donnez le triste spectacle de la consultation citoyenne APRES avoir entériné le dossier. Une HYPOCRISE sans nom. C’est à cette démocratie-là que vous appartenez. Nous n’en voulons tout simplement pas et nous en ferons la démonstration qui vous comblera d’amertume d’avoir agi de la sorte au mépris de vos concitoyens et à des fins de promotions personnelles.

      J’aime

    2. Il faut aussi savoir que le champ fait partie de l’arrêté de classement du Logis-Floréal. Il me semble donc logique que les (futures) constructions doivent respecter les mêmes règles que les actuelles : même matériaux, volumes, couleurs, … (cfr cahier des charges du Logis). Il ne peut pas y avoir 2 poids / 2 mesures.

      J’aime

  2. je pense que les faits sont parlant et je comprend pas le besoin d’éliminer ce projet exemplaire….sauf si c’est le diable qui décide!

    J’aime

  3. Pour poursuivre ce combat, ne serait-il pas opportun de présenter des alternatives concrètes ?
    Connaissez-vous des bâtiments abandonnés à réhabiliter, par ex ?

    J’aime

    1. Oui, il convient de présenter des alternatives qui existent bien à WB. Pour cela, j’ai fait le tour de la Commune et repéré différentes surfaces déjà artificialisées ou mal utilisées (document envoyé aux « Ami.e.s »). De plus, le développement du télétravail est en train de provoquer l’abandon de nombreux bâtiments de bureaux: en principe, la Commune et/ou la Région ont laissé « filer » le bâtiment AXA, qui est en train d’être transformé en résidences de luxe, bureaux, hôtel et un centre de fitness. Par ailleurs, un intervenant a mentionné l’abandon de la part de la Commission européenne des bâtiments av. de Beaulieu (et de nombre d’autres). Donc, dans cette situation en évolution il n’y a aucun besoin de bétonner des surfaces « vertes », comme nous l’avons par contre vu dans le cas des nouveaux bâtiments de la Pl. des Archiducs.

      J’aime

      1. Je suis entièrement d’accord. Un autre endroit qui pourrait être exploité en tant que construction d’un logement social est en face du commissariat « Tritomas » qui serait un prolongement de l’immeuble fraichement rénové « Archiduc ». Il y aurait moyen de construire un immeuble à l’identique du projet en cours « square des Archiducs/Princes Brabançons »

        J’aime

  4. Voulez vous faire de Watermael Boitsfort une commune bétonnée, morte …? Où personne ne se connaît, ne se plaît… Une culture bio en ville est une entreprise courageuse et si elle pouvait être mieux soutenue, s’il y en avait plus, elle pourrait se démocratiser …Toute personne « aisée ou socialement en difficulté » a le même droit de manger de la nourriture saine !!! Nicole

    J’aime

  5. Il y a à Bruxelles ( toutes communes confondues) suffisamment d’immeubles vides et abandonnés par des propriétaires souvent dans l’incapacité financière de rénover leur bien ( ces propriétaires sont au demeurant lourdement pénalisés , plutôt que d’être aidés) pour envisager l’installation de logements sociaux sans passer par le massacre d’un lieu naturel comme celui du Champs des Cailles . La question se pose également à Uccle au Kauwberg . Tous ces sites , derniers vestiges naturels de Bruxelles , doivent être préservés .
    Ann BODENSTAB
    Juge de Paix honoraire du canton d’Ixelles .
    Karrenbergstraat 22
    1560 Hoeilaart

    J’aime

  6. Oui au maintien du chant des Cailles, noble projet participatif. Mettre à neuf, rénover, transformer le béton déjà existant bien prédominant dans les 19 communes..
    ..

    J’aime

  7. J’habite Watermael-Boitsfort depuis 1962. J’estime qu’il y a assez de logements sociaux dans notre commune.
    Rue Dries, Rue de l’Elan, Avenue des Archiducs (ancien rénové il y a peu, nouveau au Square des Archiducs et projet accepté pour la construction de 4 ou 5 immeubles sociaux et en partie Avenue des Princes Brabançons et Le Logis. Je pense que Watermael-Boitsfort contribue actuellement et largement à la Politique du logements Social Madame Ben Hamou allez voir dans les autres communes, je suis persuadée que vous y trouverez votre bonheur car à Watermael-Boitsfort ce ne sera pas le cas. Nous nous battrons pour garder notre commune verte !!!!

    J’aime

  8. Onze wijk in Watermaal Bosvoorde – gezegend met een fantastisch menselijk en duurzaam stadslandbouw project met errond méér circulariteit, méér samenhorigheid, méér biodiversiteit, wordt bedreigd met een obsessioneel gedrang naar nieuwe sociale woningbouw door de eigenaar,

    terwijl een hoop huizen (eigendom van diezelfde sociale huisvestingsmaatschappij) ernaast (in de fameuze Logis Floréal wijk) – ondanks timide pogingen tot restauratie (zonder modernisering) – leegstaan wegens verkrot, niet te bewonen … en niet of amper geïsoleerd, er honderden, wellicht meer dan duizenden (u leest het goed) vierkante meters parkeerruimte in de woonwijk worden voorbehouden voor (alsnog) vervuilende auto’s, en de huisvestingsmaatschappij zelf in een afgeleefd kasteeltje met een isolatiescore om van beschaamd te zijn blijft hokken, in plaats om daarvan woningen te maken … en dan nog niet te spreken van alle kantoorruimten die in Watermaal Bosvoorde onbenut blijven.

    De reden tot deze bouwdrang lijkt dus te zijn, de wil om gevolg te geven aan gewestelijke doelstellingen ivm. met meer sociale woningen – in casu 70 voor het Kwartelveld.

    Blijkbaar hebben (op een aantal moedigen na, waaronder onze burgemeester, het dient gezegd) onze verkozenen (niet de mijne) nog niet begrepen waarom de Belgische staat ‘in de Milieuzaak’ veroordeeld is. Dit is wat je simpelweg ‘volharden in de boosheid’ noemt. Wanneer je weet dat er in de nabije omgeving een paar tientallen … (honderd(en) ?) extra duurzame woningen kunnen worden gecreëerd, aan marginale kost, met modernisering van aanpalende bestaande maar verkommerde woningen, zonder nieuwe … zelfs met mindere voetafdruk, door creatieve moderniserende architectuur in en rond de bestaande gebouwen van de Logis Floréal wijk, dan … vraag je jezelf af : domheid ? onbekwaamheid ? of kwade wil ? of (verkeerd) eigenbelang ?

    Ik roep iedereen op om de petitie

    https://www.11m.be/petitions/non-aux-constructions-sur-le-champ-des-cailles-watermael-boitsfort-5

    te tekenen.

    En van straks mee te doen aan meer.

    Als op klacht van Klimaatzaak de Belgische Staat veroordeeld wordt omdat deze de « wettelijke zorgplicht en de mensenrechten schendt « , wat is het geplande doorzetten van BGHM dan ? Op zijn minst schuldig verzuim.

    Lees Artikel 422bis Strafwetboek. Cassatie beschouwt « de bewuste en opzettelijke onverschilligheid, de egoïstische weigering om hulp te bieden » als schuldig verzuim.

    Je kan bezwaarlijk stellen dat BGHM/Lel Logis niet verwittigd is van de noodzaak tot milieuverantwoord beheer en dat zulk verantwoord beheer niet tot de zorgplicht van àlle overheden behoort. En zich mogelijk verschuilen achter een beslissing van de uitvoerende macht (als die er zou zijn) om meer woningen … – zonder aftoetsing aan de uitspraak van de rechtbank over klacht Milieuzaak – ik durf er niet aan denken.

    Een rechtstaat hebben wij, toch ? Kan er iemand opstaan binnen de Raad van bestuur van BGHM/Lel Logis en dit beamen ? Of … ?

    J’aime

  9. Une suggestion. Pourquoi ne pas faire intervenir par un reportage dans « Images à l’appui  »
    Une autre suggestion ; les inondations récentes ont démontrées que les surface vertes ont été épargnées en retenant et absorbant les fortes pluies. Un argument supplémentaire pour dénoncer l’idiotie de bétonner Le champ des cailles.
    A méditer !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s